178 views
# Comment mobiliser les assos, les collectifs, les citoyens sur la transition ? > Forum ouvert, dimanche 12 juin 2022 > aux [Rencontres transitions-adaptations](https://pad.lescommuns.org/s/OZfjpWmkg#) L'atelier a été proposé par Céline et Sarah (Tourcoing en commun et Maison des Associations). Elles sont parties du constat qu'il était difficile de mobiliser (les citoyens et les associations) et que nombreux étaient les freins au changement. La mobilisation suit sur des évènements joyeux et ponctuels, mais les forces vives sont restreintes. L'écologie semble être cantonnée à être un sujet parmi les autres, une simple thématique. Beaucoup de greenwashing dans les écogestes, il manque une vision globale. Difficulté de l'accueil des réflexions de fond sur la vision de la société, une quête profonde de sens politique est nécessaire. **Quelles sont les expériences qui fonctionnent et qui ne fonctionnent pas et pourquoi?** - Mobiliser citoyens et assos, de nouvelles forces vives - Quels espaces de paroles, quelles modalités d'action ? - Comment passer d'échanges, de discussions à la construction d'une parole collective qui peut interpeller les autres ? - Comment se placer vis-à-vis des gens à mobiliser ? Quelle posture doit-on prendre ? Raconter nos expérimentations ou faire de la pédagogie ? A Roubaix, le maillage associatif est présent (UPC, Baraka, habitats partagés) mais il est difficile de discuter des modes de vie (alimentation, mobilité, argent) en allant au-delà des petits pas. Le projet « Imagine ta Transition » n'a pas su convaincre. Les activités segmentées des uns et des autres dépolitisent la transition et occultent la dimension globale/systémique/transversale de la politique. Force des militants à évangéliser, à prêcher les bonnes actions, ne faut-il pas plus parler de soi-même pour convaincre ? L'Université populaire est une piste forte : il permet la création d'un véritable lieu politique, de débat. L'Université Populaire de Roubaix est organisée sur le mode de la recherche-action, sur l'expertise citoyenne. Un terrain de jeu concret (Baraka et terrain de la friche), un site dans un quartier est nécessaire pour mettre en scène une forme d'exemplarité, pour concentrer la convergence. Un journal trimestriel est également distribué en porte à porte. Les réseaux d'entraide sont également nécessaires pour résister face aux chocs. La diversité reste moindre, les classes moyennes sont majoritaires. A Bois-Blanc : C'est une impulsion globale qui a amené des ramifications. Mais il manque peut-être un collectif qui assure et pilote le global. A Lambersart, un problème de représentation de la diversité des habitants a été identifié. Un sous-groupe « Formations » a été créé dans le collectif Lambersart Demain pour penser une stratégie pour mobiliser. Retour d'expérience : outils pour mobiliser et la fresque « Inventons nos vies bas carbone » (voir la formation à la MRES de Lille à la fin du mois). Qu'est-ce que mobiliser ? Lassitude face à la question. Retour d'expérience sur une formation à la pédagogie sociale. Travailler avec les personnes en précarité à travers des *ateliers de rue* organisés par des animateurs et des bénévoles. Des rendez-vous sur un lieu fixe sont donnés toutes les semaines, le même jour à la même heure, une activité de travail est proposée (création, fabrication de quelque chose). Pas de rabattage mais espace ouvert et ritualisé, et les gens viennent (recréation du lien et de rencontres sans intentions). Le terme de pédagogie est peut-être gênant : comment se positionne-t-on par rapport aux autres ? Pour instaurer une confiance, il est nécessaire de se positionner en égaux vis-à-vis des autres, pas comme un observateur ou un interventionniste. L'entraide existe déjà dans le quotidien des quartiers populaires, c'est à nous de s'intégrer. → *Partage de schémas d'une formation.* ## 1) Etapes de la mobilisation et du changement : ![](https://hot-objects.liiib.re/pad-lescommuns-org/uploads/upload_374c06b677b2f5bfa3337c3a0e8d5428.png) - Gens ne sont pas intéressés - Gens en réflexion - Créer des espaces de discussions pour expliciter les nouvelles informations et les expérimentations sur la Transition. - Phase d'action : créer des lieux de rencontres pour mutualiser les savoirs, faire connaître ce qui a été accompli - Stabiliser/maintenir ## 2) La mise en réseau : ![](https://hot-objects.liiib.re/pad-lescommuns-org/uploads/upload_3e9564d9ab997ae9a3ee058afc1ba601.png) C'est une perte d'énergie de convaincre des personnes qui sont en désaccord ou pas intéressées initialement. Il est plus important de convaincre les gens qui sont au courant mais qui ne sont pas actifs, et les gens qui ne sont pas au courant et pas actifs. Mais convaincu de quoi et actif comment ? Piège de se placer en évangélisateurs : il faut aussi travailler entre personnes au courant et actifs. Il faut aller chercher des liens personnels, privilégiés avec des individus des structures. ![](https://hot-objects.liiib.re/pad-lescommuns-org/uploads/upload_283d24f6bc4fcfbc3526fdf8a10d8902.png) Sujet du réchauffement climatique est complexe, invoque des réalités scientifiques qui mettent parfois des freins à certains (je ne suis pas expert donc je ne peux pas agir). Les temps de transmission de connaissances sont nécessaires, d'accompagnement dans le pouvoir d'agir des gens. Besoin de se tenir nous-mêmes éveillés. On apprend par l'imitation : les changements doivent être visibles. S'informer n'est pas connaître, la culture de l'écologie permettra des changements profonds/des connaissances profondes. Propositions / synthèse : - Agir au niveau du quartier - Aller vers. Ne pas chercher à. Identifier des personnes - Importance de la présence sur le terrain - Créer des espaces de discussions sur l'écologie - Constituer des collectifs, Adaptation radicale au sein d'espaces de débat citoyen - Constellation, réseau de personnes facilitatrices et connectrices d'action de transition.