187 views
# Comment (re)générer un collectif sain ? > Forum ouvert, samedi 11 juin 2022 > aux [Rencontres transitions-adaptations](https://pad.lescommuns.org/s/OZfjpWmkg#) Le sujet est né de trois réflexions : - l'une sur le besoin d'intégrer un collectif sain, les formations, comment penser le collectif - Deuxième : dans un collectif existant, comment ne pas s'épuiser ? - Troisième : Quelles sont les boites à outils et les méthodes pour accepter la différence, quand on est déjà en collectif, comment on accepte les niveaux différents, et comment on peut être inclusifs ? Ça rejoint la gestion humaine du collectif, comment il s'exprime et s'entretient, comment fait on pour faire unité, faire un collectif qui a un même socle de connaissances et de constat. Il faut une cohérence, une unité et une vision commune, tout en respectant les besoins de chacun. Il y avait dans le groupe des personnes qui ne sont pas encore dans des collectifs. Sujet qui se pose de manière plus globale et pas sur les HDF seulement. On ne cherche pas à savoir ce qu'il faut faire à l'extérieur du collectif mais comment soigner l'intérieur pour que ça fonctionne déjà en interne avant de se poser la question des modalités d'action pour impacter l'extérieur. Prégnance de l'émotionnel dans les collectifs, qui rend nécessaire une réflexion sur l'organisation d'un collectif. ## Expériences personnelles Jeremy : deux choses qui l'intéressaient : la notion de **générer**, comment motiver les gens, les attirer dans le collectif. Aujourd'hui il habite à Lambersart, membre du collectif Lambersart demain. Le constat qui est fait : tous les gens sont motivés mais pas assez nombreux donc risque d'essoufflement. La notion de **sain** est intéressante aussi car dans le collectif certaines personnes ont eu l'impression d'un mouvement politique et se greffaient sur les réunions (des gens de listes municipales notamment) risque de parasitage des collectifs. Céline : Tourcoing en commun : né avant les municipales, objectif de dynamiser politiquement, de faire des cafés citoyens et de repolitiser les espaces, il est ressorti plein de choses mais une partie du groupe a décidé de faire liste et l'autre a formé une association à part. Au bout du compte, il y a 40 adhérents, environ 10 actifs, 5 très actifs mais ces dernières ont un travail etc donc là aussi la question des forces vives qui se pose vraiment. Ça marche mais ils font au final très peu de choses du fait de cette faible RH. Difficulté de mobiliser depuis le covid, manque de temps des personnes, très difficile de dégager du temps en ayant du travail à côté. Dominique : prendre en compte les émotions des autres très important, soigner la santé mentale et physique. La question de collectifs sain rejoint aussi celle de l'accompagnement de jeunes qui sont demandeurs de faire société. Elle souligne aussi l'importance du regard négatif de la société sur la fragilité, sur la sensibilité, alors que ça peut être des qualités essentielles dans un collectif. Il y a besoin d'écouter les émotions, d'exprimer la gratitude ; **Constat :** Cette table ronde pose la question de la place de prendre soin de soi : trop peut mener à une forme d'égoïsme qui empêche le collectif, de repli sur soi, pas assez mène à l'essoufflement du collectif et des ressources humaines/ burn out militant. C'est important de prendre soin de soi avant de prendre soin des autres. Métaphore du masque à gaz dans l'avion pour les enfants : d'abord on se fournit son propre oxygène puis on aide les autres. La raison d'être est vraiment essentielle dans la survie d'un collectif sain. Il faut la définir et la rappeler. Tu peux avoir des belles valeurs communes, mais avoir des intérets qui divergent et ça c'est difficile à désamorcer sans regard extérieur et d'intervention d'un tiers. **Comment on gère les relations humaines dans un collectif ?** **Pourquoi alors qu'on connait les outils la mise en place est compliquée voir souvent pas effective ?** ## Outils pour que les relations se passent bien **1er degré d'action : Définition de la charte et des principes** : directions et valeurs pour maintenir le cap, définir le fonctionnement avec une partie RH dans lesquels les principes de base du dialogue sont préétablis (exemple donné de fonctionner avec les accords de toltèque) Nécessité d'un travail en amont de penser les principes, lefonctionnement de groupe : s'il y a un travail préalable effectivement tout se passe bien, il faut verbaliser pour mieux accepter. Établir et produire une forme de charte qui va fonder le collectif. Ça permet aussi aux nouvelles personnes qui débarquent dans le collectif de prendre connaissance des règles. La définition de l'outil de prise de décision est aussi importante : s'accorder sur le type de prise de décision, jugement majoritaire ou non, consensus ou non, véto etc. est essentiel car détermine la place de l'avis de chacun au sein du collectif. Toutefois comment on entretient cela ? **2e degré d'action : Pour entretenir : organiser des temps de discussion avec une météo des émotions, identifier les appétences de chacun.e dans la définition de leur rôle et les compétences de toustes, définir des gardiens** Il y a forcément des nœuds qui viennent se créer même quand il y a une charte. Il faut prévoir des temps d'humeurs et d'expression dans les moments de partage. Ça permet aussi d'accepter les désaccords sans que cela produise des grandes tensions Il faut aussi qu'il y ai des garants des chartes et de la raison d'être, et valeurs. Ex : les gens qui adhèrent à la charte doivent la signer donc il faut prendre un temps de présentation et d'explication, des gardiens (ça peut etre plusieurs personnes) qui veillent au maintien de la bienveillance, l'accueil des nouveaux, l'expression de tous. Définir des rôles de gardien(s) - des émotions, de la charte, de l'inclusion - qui puissent tourner ou non selon l'aisance des gens. De même, ces garants pourraient aussi se charger de la gestion des arrivants et des sorties (S'il y a des gens dans un collectif qui ne partagent pas les valeurs, parfois il peut etre bon de les inviter à le quitter pour préserver le groupe). **3e : En cas de pépin : Définir un tiers qui permet de solutionner les nœuds** L'intervention d'un tiers est aussi importante pour s'éloigner de l'affect qui peut exister dans l'analyse d'une situation par les partis pris. Ca permet aussi de réénergiser les collectifs. ## De quoi on a besoin dans un collectif pour sentir la reconnaissance ? La question de la **considération** est essentielle, notamment car ce sont des activités qui sont bénévoles pour la plupart d'où l'importance d'avoir des gardiens. Le manque de considération peut **blesser.** Il faut aussi éviter de venir dans un collectif avec des idées précises de ce que tu veux faire au risque de vivre l'aboutissement du collectif comme un échec, de se sentir peu considéré si la voie qu'on souhaitait n'est pas suivie. Centralité de ne pas faire de son engagement une affaire trop personnelle (rejoint les accords de toltèque). Il s'agit d'accepter aussi que les personnes se désolidarisent de certaines décisions en raison d'un désaccord, ou par manque de temps, et reviennent plus tard.